De Boeck Supérieur

  • Le développement du numérique et l'émergence des logiques collaboratives, interdisciplinaires et transversales ont récemment modifié le fonctionnement des organisations et de la communication en entreprise.
    Ce manuel explicite les transformations à l'oeuvre dans les métiers de la communication et la façon dont ceux-ci intègrent des techniques et des outils nouveaux, qui requièrent des compétences multiples (marketing, management de projet, sémiologie, édition, logistique, ou encore humanités numériques).
    Rédigé par des enseignants-chercheurs spécialistes issus d'horizons disciplinaires divers ainsi que par des professionnels des métiers de la communication, cette synthèse fournit non seulement un cadre théorique solide, mais aussi des exemples concrets, des retours d'expériences et des outils méthodologiques adaptés pour se former aux métiers de la communication.
    RESSOURCES NUMÉRIQUES pour approfondir les compétences-métiers et illustrer la réalité du terrain :

    des quiz interactifs
    des interviews d'experts (podcasts et retranscriptions)
    Destiné aux étudiants et enseignants des filières de communication (BUT/ BTS/licences professionnelles, écoles de commerce et de communication, masters) et de gestion (techniques de commercialisation, marketing, distribution) ainsi qu'aux professionnels du secteur.

  • Nouveau défi pour l'entreprise après les réseaux sociaux et les big data, l'intelligence artificielle et l'Internet des objets révolutionnent le monde numérique. Pour évoluer dans ce nouvel environnement de travail, les professionnels doivent pouvoir rechercher, surveiller et analyser efficacement l'information.
    Rédigé par une experte en veille stratégique, cet ouvrage actualise les connaissances dans les domaines de la recherche d'information et de la veille sur Internet. Il permet de comprendre le fonctionnement actuel des moteurs de recherche, d'optimiser les recherches web, d'identifier des sources d'information méconnues, de mettre en place différents types de veille stratégique et de découvrir un éventail de méthodes d'analyse automatisée de l'information.
    Pratique et opérationnel grâce à ses exemples concrets, cet ouvrage permet à tout internaute de trouver, collecter, qualifier et analyser l'information réellement utile : un véritable guide de survie dans la jungle de l'information numérique.

  • En quelques années, les actifs numériques tels que le bitcoin sont passés de l'anonymat le plus total aux feux de l'actualité. Leur succès repose principalement sur la technologie sous-jacente à leur fonctionnement : la blockchain.
    Appliquée aux problématiques d'une entreprise, la blockchain est un outil formidable pour stocker et partager de l'information de manière décentralisée, sécurisée et transparente. Récente, innovante, c'est une technologie qui est pourtant encore méconnue.
    Accessible à tous, ce livre explique dans un langage non technique ce que sont les blockchains, leurs grands principes de fonctionnement, leurs marchés et leurs principaux cas d'usage.
    Il se focalisera en particulier sur la mise en oeuvre concrète de cette technologie dans un contexte professionnel. Le lecteur découvrira notamment les nombreuses spécificités d'un projet blockchain et sera capable, après sa lecture, d'évaluer par lui-même la pertinence et la faisabilité de ses idées au sein de son organisation.
    Pour les professionnels en entreprise (cadres et dirigeants, techniciens et ingénieurs IT, marketing) ; pour les professionnels de l'information et de la documentation ; pour les enseignants et étudiants en information, communication, documentation et humanités numériques.

  • Jaron Lanier, pionnier de la réalité virtuelle et scientifique mondialement connu de la Silicon Valley, nous alerte sur les dangers des réseaux sociaux et nous explique en quoi leurs effets toxiques sont au coeur même de leur conception. En dix arguments simples, il nous encourage à nous libérer de leur emprise pour améliorer notre vie et le monde qui nous entoure.

    Les réseaux sociaux ont tendance à faire ressortir le pire en nous : ils nous rendent tristes, craintifs, égoïstes et moins empathiques. Ils nous bercent d'illusions de popularité et de succès. Ils nous font croire que nous sommes plus connectés que jamais alors qu'ils nous isolent. Jaron Lanier s'appuie sur son expertise pour nous expliquer comment, en nous surveillant constamment et en nous manipulant sans que nous en soyons conscients, ils ont des effets dangereux sur nous. Loin de s'en tenir à la critique, l'auteur nous propose une vision alternative mettant en avant les avantages des réseaux sociaux sans leurs inconvénients.
    Si vous aspirez à une vie plus heureuse, à un monde plus juste et plus pacifique, ou simplement à retrouver votre liberté de penser, arrêtez les réseaux sociaux. Tout de suite!

  • Depuis le début des années 2000, les débats sur l'égalité professionnelle et la place des femmes dans les médias se multiplient, notamment au moment du mouvement #metoo et des révélations de harcèlement et de violences sexuelles.
    Alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la profession, les inégalités se manifestent- dans la distribution des fonctions et la définition des postes de travail ;- dans les discussions et les activités hors-temps de travail ;- dans les représentations médiatiques.
    Face à ces discriminations, des journalistes femmes s'organisent individuellement ou collectivement. Cette lutte est devenue un enjeu pour les pouvoirs publics et les entreprises de presse, les premiers légiférant, les secondes développant des politiques de « diversité ». Ce manuel analyse les mécanismes de discriminations à l'oeuvre dans le journalisme et fait la synthèse des travaux récents.

  • Comment les pratiques de communication au travail évoluent-elles avec l'usage - devenu massif - des outils de communication numériques ? Comment les salariés vivent-ils la numérisation croissante des échanges ? Quels bouleversements et phénomènes nouveaux autour de la civilité ou de l'incivilité organisationnelles peut-on observer ? Avec quelles conséquences sur l'environnement organisationnel et la santé au travail ?
    À travers 7 chapitres signés par des chercheurs en communication, en gestion, en psychologie sociale et en droit social, ce recueil pluridisciplinaire dessine les contours de phénomènes d'incivilités numériques au travail tels qu'ils se développent dans les organisations contemporaines, qu'il s'agisse de mail lapidaire, d'absence de réponse persistante ou de mise en copie abusive.
    Les transformations des pratiques de civilité sont analysées comme les symptômes d'évolutions organisationnelles et technologiques, qui révèlent souvent un travail « en souffrance ».
    Ce livre s'adresse aux chercheurs et aux étudiants, mais également aux professionnels intéressés par les nouveaux enjeux organisationnels et de santé au travail liés à l'usage des technologies de communication, et notamment du travail à distance.

  • Le XXIe siècle a vu les pratiques numériques intégrer notre quotidien, tant dans la sphère personnelle que dans l'univers professionnel. Les médias sociaux en sont l'une des manifestations les plus évidentes. Que ce soit pour le partage ou la recherche d'informations, la génération Y a grandi avec eux, mais ils ont également conquis les générations précédentes. Sont-ils porteurs de liens sociaux ou, au contraire, ont-ils un caractère dissociant ? Provoquent-ils une forme de délitement de la relation au bénéfice de l'interface ?
    La génération née avec ces modes de connexion généralisés adopte désormais d'autres usages, voire détournements, qui sont analysés ici (fake news, dark web, etc.). Le développement des moyens de communication mobiles et autres systèmes embarqués s'inscrit dans des logiques d'instantanéité, de reconfiguration de l'espace-temps et de la relation interpersonnelle, contribuant à leur avènement irréversible.
    Ce livre traite de cette forme de communication, qui oscille entre virtualité et réalité, et explique ce qui rend le phénomène si complexe.

  • Depuis 2006, la conférence « Document numérique et société » se donne pour mission d'apporter des éclairages sur les transformations des dispositifs d'information à l'ère numérique, en privilégiant la dimension sociale.
    La 7e édition s'est tenue à l'Université de Lorraine (site de Nancy) en septembre 2020 et a été co-organisée par le laboratoire Dicen-Idf du Cnam et le Centre de recherche sur les médiations (Crem, UR 3476).
    Dans un contexte d'inflation grandissante des données, la conférence s'est donné pour objectif d'étudier les relations entre humains et données. Les actes se structurent selon trois dimensions abordées par les intervenants : les services numériques innovants, les différentes médiations en jeu et l'émergence de créations narratives.
    Pour les professionnels de l'information ; pour les chercheurs, enseignants et étudiants en information, communication, documentation et humanités numériques.

  • À l'ère des fausses nouvelles (fake news) et autres « faits alternatifs », il est plus que jamais nécessaire de comprendre comment les récits façonnent au quotidien l'information médiatique.
    Articulant ethnographie et linguistique, cet ouvrage suit pas à pas la fabrication d'une nouvelle télévisée traitant d'un événement tragique et inattendu (un accident aérien). Des réunions éditoriales aux phases de rédaction et de montage, il examine quelles sont les pratiques narratives privilégiées par les journalistes pour mener à bien les missions professionnelles qui leur sont confiées.
    Il met en évidence la diversité des pratiques narratives en salle de rédaction et leur variation au gré des situations de travail. Il montre comment un ensemble disparate de documents textuels et audiovisuels sont mis en commun, puis transformés en un artefact télévisuel. Bien plus que de relater le déroulement d'un événement en rupture avec l'ordre des choses, la nouvelle l'ancre dans l'expérience singulière des individus l'ayant vécu, jusqu'à en dramatiser certains aspects, aux limites de la factualité.
    L'auteur explore ainsi les soubassements de la production de l'information médiatique et rend compte des périls auxquels s'exposent nécessairement les journalistes dès lors qu'ils mettent en récit l'actualité.

  • Avec le smartphone, que devient la communication ? Entre pharmakon (qui désigne à la fois le poison et le remède) et pharmaphone (quand on s'intéresse de plus près à son impact sur la voix), l'objet emblématique du XXIe siècle a transformé en profondeur la communication entre les humains et peut aussi nous renseigner sur elle. Dix-sept spécialistes se penchent sur la question et sur le ressenti des adolescents.
    L'objectif de l'ouvrage est d'offrir aux professionnels de l'éducation et de la communication et aux enseignants un bagage conceptuel et bibliographique pour explorer la problématique de l'impact du smartphone sur les relations humaines à travers la réalisation d'un récit. Il encourage, après avoir pris appui sur les concepts, à créer des histoires qui les mettent en scène et à organiser une pièce de théâtre ou tourner un court-métrage grâce à l'oeil « intelligent » du smartphone.
    Avec les contributions de : Serge Tisseron, Pascal Lardellier, Jean Abitbol, Clotilde Chevet, Xavier Pommereau, Philippe Gutton, Anne Cordier, Daniel Marcelli, Olivier Duris, Fabienne Martin-Juchat, Daniel Bougnoux, Feirouz Boudokhane-Lima, Cindy Felio, Hélène Jeannin et Nadja Monnet.

  • La vie, qu'elle soit humaine ou animale, individuelle ou collective, ne peut compter que sur elle seule pour persévérer dans son cours et se maintenir dans le monde. Voilà pourquoi elle doit toujours s'activer et souvent emprunter des voies nouvelles lorsque sa persistance est menacée. Le sens est cette direction indéterminée que trace la vie, que tracent nos vies. En parcourant le monde, nous rencontrons, manipulons et produisons des textes et des objets qui, à leur tour, viennent à manifester un sens, celui que nous leur conférons au cours de nos existences et de nos expériences. Nous marquons ainsi toujours d'une empreinte symbolique notre environnement ; nous révélons toujours, par nos manières d'être et de faire, des formes de vie sémiotiques.
    À la fois essai en sciences sociales et introduction générale à la sémiotique, ce livre présente une étude complète et critique des formes de vie : une définition détaillée du concept, une clarification quant à leur rapport avec les pratiques, les stratégies et les styles de vie, une classification de leurs variétés, enfin, une explication de comment, à terme, elles parviennent à colorer de leurs éthiques les milieux humains, nos sémiosphères. Instaurant le dialogue entre sémioticiens actuels et historiques, comme Algirdas Julien Greimas ou Roland Barthes, cet ouvrage explore les nouveaux champs sémiotiques de l'expérience et de la culture, tout en offrant des pistes et des outils pour étudier et exercer le sens de façon plus éclairée.

  • Ce manuel propose une approche pratique, cadrée et réflexive de méthodes empiriques de recherche en information-communication.

    Après un bref exposé des principales caractéristiques de ces méthodes envisagées dans une perspective ethnographique, l'auteur aborde les dimensions concrètes de l'investigation : observer, documenter, photographier, interviewer, décrire, analyser, interpréter, rendre compte. L'approche proposée dans ce manuel émerge de croisements avec des travaux et des démarches provenant de différents champs (anthropologie, sociologie, photographie documentaire, journalisme...) et prône la complémentarité des visées descriptives et interprétatives. Cette conception de la recherche peut être singularisée dans le projet d'une ethnographie journalistique.

    Cet ouvrage souhaite fournir des repères et être un stimulant à la mise en oeuvre de recherches concrètes. Il est conçu et construit pour amener les étudiantes et les étudiants à s'approprier le positionnement et les démarches de façon à la fois rigoureuse, personnelle et critique. Ce manuel est une nouvelle édition (largement) revue et augmentée de Méthodes empiriques de recherche en communication, ouvrage paru en 2009 chez le même éditeur.

    Cet ouvrage s'adresse prioritairement, mais pas exclusivement, aux étudiantes et aux étudiants en information-communication et en journalisme qui se préparent à faire leurs premières expériences de recherche in vivo.

  • Le mobile et les réseaux sociaux ont profondément transformé notre consommation d'information, impactant également la manière dont elle est produite et diffusée. Ce manuel retrace cette évolution et donne des pistes concrètes aux (futurs) journalistes pour intégrer au mieux le mobile dans leurs pratiques, en répondant aux questions suivantes :

    comment le mobile accompagne-t-il de nouvelles pratiques informationnelles dans un contexte de multiplication des espaces de diffusion et d'importance croissante des plateformes ?
    comment les médias et les journalistes font-ils évoluer leurs offres éditoriales, leurs stratégies et leurs pratiques pour s'y adapter ?
    comment penser des formats qui correspondent aux nouveaux modes de diffusion et de consommation de l'information ? Et comment favoriser l'innovation en intégrant les codes et les spécificités du mobile ?
    comment réaliser, structurer et diffuser des contenus journalistiques de qualité avec un smartphone (mojo) ?
    Des éclairages de professionnels et de chercheurs belges, français et suisses complètent et mettent en perspective le propos.
    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants et enseignants en journalisme ainsi qu'aux journalistes professionnels.
    Avec les contributions de Laurence Allard, Nicolas Becquet, Barbara Chazelle, Philippe Couve, Guillaume Kuster, John Mills, Titus Plattner, Brigitte Sebbah, Thomas Seymat et Virginie Sonet.
    Compte Twitter : @journalismobile

  • Cet ouvrage propose une réflexion sur le rôle du récit dans toute société, et jette aussi un regard critique sur les différentes méthodologies d'analyse de ces récits, ainsi que sur leur place dans un système médiatique omniprésent. Pour lire correctement un récit, pour en produire, il est utile de connaître et de maîtriser ses règles d'organisation, depuis ses tructures de base jusqu'aux différents éléments qui le constituent - personnages, temporalité, style et rhétorique. Mais un récit ne prend toute sa dimension que lors de sa découverte par le récepteur. Entrent alors en jeu des effets d'ordre sémiotique, esthétique, psychologique ou sociologique. Apprendre à maîtriser les différents codes qui sous-tendent la production et la réception de tout récit, voilà l'objectif de ce volume, qui se veut donc au fondement de toute pratique de lecture, de vision, mais aussi de production.Ces considérations théoriques n'ont de sens que si elles s'inscrivent dans le cadre plus général d'une réflexion sur les rapports entre le récit et la société. Que nous dit un récit de presse de la société dont il est le reflet ? En quoi le récit médiatique, source d'information privilégiée, façonne-t-il aujourd'hui notre vision du monde ?C'est à une découverte critique des principaux outils narratologiques qu'invite cet ouvrage, en l'appliquant principalement aux médias de masse : presse écrite, télévision et Internet.

  • Juger de l'efficacité d'un site web, d'un blog ou d'une page Facebook, comprendre ses forces et ses faiblesses, décider d'une stratégie de communication numérique cohérente : une nécessité pour toute organisation, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'une association sportive ou d'une mairie. Outil méthodologique détaillé et illustré, cet ouvrage pose les questions fondamentales permettant d'évaluer la performance d'un site web : quel est le discours implicite de la page d'accueil ? Comment déterminer les stratégies de fidélisation et de rentabilisation des contenus mis en ligne ? Comment analyser l'interactivité du site, son architecture, son graphisme, son énonciation, sa stratégie éditoriale ?... Rédigé par des spécialistes universitaires reconnus de l'analyse de sites web, il propose sept méthodologies complémentaires (communicationnelle, stratégique, informatique, éditoriale, sémiotique, sociologique et économique) et les illustre sur des terrains divers, allant de sites touristiques internationaux à ceux de grands médias français, en passant par des sites d'institutions publiques, d'entreprises commerciales ou encore d'associations environnementales. Un guide pratique pour améliorer rapidement sa communication web !

  • Ce livre vise à donner aux étudiants en journalisme et aux journalistes professionnels à la fois une présentation générale de l'évolution du journalisme international et des outils concrets, assortis de renseignements pratiques et de centaines de sources d'informations.
    L'auteur décrit les enjeux et les risques du journalisme international aujourd'hui. Il aborde en particulier les questions posées par la globalisation, la violence contre la presse, la désinformation, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.
    L'ouvrage couvre les sujets internationaux (diplomatie, guerre, société, économie, culture) dans une approche transversale de la gestion rédactionnelle et approfondit les techniques et pratiques plus spécialisées comme celles d'envoyé spécial, de correspondant de guerre, de journaliste humanitaire, de commentateur diplomatique, etc.
    Très concret, il se fonde sur l'expérience de dizaines de journalistes, la lecture de nombreux livres académiques, de témoignages, d'études et de rapports d'instituts spécialisés.
    Cette nouvelle édition actualisée tire les leçons des dernières évolutions qui influencent la pratique du journalisme international comme les « citoyens-rapporteurs », le rôle croissant d'Internet et du journalisme en ligne, l'impact de Facebook ou de Wikileaks.

  • Depuis plus de 30 ans, le séminaire IST Inria interroge les professionnels de l'information sur les problématiques émergentes, comme le traitement des données avec le web sémantique et les big data. En 2016, l'Inria se penche sur la publication et plus particulièrement sur son modèle qui s'est transformé en profondeur avec le numérique : flou des frontières entre types de contenus (son, texte, image...), introduction de contributions extérieures, data-journalisme, appropriation des contenus par les scientifiques, place de l'auteur... Cet ouvrage répond aux questions qui se posent dans ce nouvel environnement :
    - Quel intérêt aux contributions de communautés ?
    - Comment le data-journalisme collecte-analyse-communique-t-il ?
    - Quelles sont les particularités de la publication scientifique, et de façon plus large des systèmes éditoriaux ?
    - Comment la loi peut-elle s'adapter ?
    - Quel impact aura l'intelligence artificielle ?

  • Il n'y a jamais eu autant de re´seaux pour relier la population du monde entier, et pourtant le sentiment de solitude n'a jamais e´te´ aussi grand ! C'est le paradoxe de notre e´poque. Adhe´rer a` un re´seau fournit l'impression de ba^tir une socie´te´ ide´ale dans laquelle les notions de partage et de solidarite´ prennent tout leur sens. Or, ce monde ide´al est la plupart du temps utopique. La solidarite´ dans les re´seaux ne repose pas sur une entraide de´sinte´resse´e, mais sur la reconnaissance sociale : pour devenir populaire, en espe´rant la re´ciprocite´ dans le don, en souhaitant be´ne´ficier de privile`ges. La pression au conformisme dans un re´seau fait perdre e´galement de la liberte´. Avec l'essor des objets connecte´s, chaque individu tend a` se conduire comme un "insecte social" au sein d'une colonie, ou` la technologie guide les choix de vie par automatisme. Dans ces conditions, les re´seaux n'apportent pas ne´cessairement de re´ponse a` la crise des institutions sur la question du vivre-ensemble. Ils ne sont pas plus de´mocratiques que l'Etat, ou plus vertueux que le marche´ ! Sur le plan politique, les re´seaux ont pluto^t tendance a` recre´er de la division dans la socie´te´, avec le risque communautariste. Dans le domaine e´conomique, la collaboration en re´seau confie le pouvoir de ne´gociation a` la multitude, pour cre´er des richesses avec de nouveaux interme´diaires, dont la nature capitaliste n'a pas change´. Dans les services publics, la connivence sociale sert souvent a` de´fendre une rente statutaire e´loigne´e de l'inte´re^t ge´ne´ral. Finalement, tisser du lien social a` notre e´poque consiste a` pratiquer l'entre soi dans un cercle d'amis, ou a` se re´fugier dans une bulle informatique pour cultiver l'estime de soi. Ces pratiques ont leur utilite´, mais il ne faut pas ne´cessairement les ide´aliser. Cet ouvrage aide a` comprendre les enjeux du de´bat, avec de nombreuses illustrations.

  • L'ouvrage décrit les méthodes du genre du portrait, en faisant dialoguer la sémiotique de l'image, les sciences de l'information et de la communication, les théories de l'art et la philosophie. Il décrit un processus d'extraction du monde qui transforme le visage en figure et objective l'environnement en un fond. Il observe tour à tour les conditions figurales et figuratives, la présence et les modalités de l'énonciation et enfin, la réflexivité du portrait qui se réfléchit et documente son propre genre. Par ces différentes approches, il restitue le travail complexe et pourtant banal du sens, qui permet d'imposer une présence et de lui donner vie.

  • Dans le cadre de la transformation numérique des organisations (big data, intelligence artificielle, dématérialisation, plateformes...), le knowledge management est l'un des enjeux clés pour l'entreprise (innovation, pérennité, attractivité, management des experts...). Il propose une démarche résolument humaine qui ouvre de nouvelles perspectives au management d'aujourd'hui. Qu'apportent les démarches KM ? Quels sont ses leviers ? Comment les envisager dans leurs interactions avec les autres processus qui structurent les organisations ? En particulier, comment transforment-elles les métiers (R&D, conseil, ingénierie, gestion de la relation client...) ? Cet ouvrage clarifie les spécificités de la gestion des connaissances et de ses nouveaux métiers, les illustre par de nombreux cas, et tend à dépasser la définition traditionnelle du KM en tant qu'association de la capitalisation (conserver en valorisant) et de la collaboration (transmettre en travaillant ensemble).

  • Depuis 2006, la conférence « Document numérique et société » se donne pour mission d'apporter des éclairages sur les transformations des dispositifs d'information à l'ère numérique, en privilégiant la dimension sociale.

    La 6e édition s'est tenue à l'Institut de la Communication et des Médias (Échirolles) en septembre 2018 et a été co-organisée par le Dicen-IDF (Cnam) et le Gresec (Université Grenoble Alpes), laboratoires en Sciences de l'information et de la communication.

    L'éthique était au coeur des questionnements, qu'il s'agisse d'évoquer les pratiques de recherche, l'édition de documents ou les logiques d'acteurs. Les actes de ce colloque se répartissent entre algorithmes et éthique, régulations et auto-régulations, production d'informations sur les plateformes et accès aux documents.

    Pour les professionnels de l'information ; pour les chercheurs, enseignants et étudiants en information, communication, documentation et humanités numériques.
    Avec les contributions de : Béa Arruabarrena, Patrick Cansell, Camille Capelle, Stéphane Chaudiron, Anne Cordier, Franck Cormerais, Lucile Desmoulins, Jean-Claude Domenget, Julien Falgas, Bernard Jacquemin, Eric Kergosien, Alexander Kondratov, Anne Lehmans, Zineb Majdouli, Joachim Schpfel, Brigitte Simonnot, Carsten Wilhelm et Tiphaine Zetlaoui.

  • Comment interagit-on dans et avec les réseaux sociaux ? Comment ceux-ci affectent-ils la politique et le journalisme ? Comment construit-on un espace et un lieu interactif ? Comment les utilisateurs de plateformes digitales se définissent-ils comme membres d'une communauté ?En dix contributions, des analystes du discours de la communication digitale proposent un regard innovant sur les formes hybrides et multimodales des discours des réseaux sociaux.Cet ouvrage se situe à la croisée de plusieurs intérêts : décrire la communication des réseaux sociaux en prenant appui sur l'analyse d'événements et de discours attestés ;témoigner de l'importance des méthodologies combinées dans l'analyse des discours des réseaux sociaux ; rendre compte des enjeux identitaires du digital, entre narcissisme et citoyenneté ; définir le jeu du politique et la responsabilité des médias à l'ère digitale. Les auteurs décrivent le fonctionnement et les enjeux des discours des réseaux sociaux avec un regard croisé, comparatif, tant qualitatif que quantitatif et en tenant compte d'une variété de contextes (Canada, Royaume-Uni, France, Italie et Suisse). Cet ouvrage s'adresse tout particulièrement aux chercheurs et enseignants en humanités digitales et en sciences de la communication politique et des médias ; en tant que réflexion sur les enjeux citoyens et sensibilisation aux nouveaux médias, il intéressera également les enseignants du secondaire et les utilisateurs des dispositifs digitaux.

empty