Odile Jacob

  • Promise à la première place mondiale, la Chine entend jouer un rôle décisif sur la scène internationale. Quelle est sa vision et comment aborde-t-elle le monde et la mondialisation ? Avec quelles conséquences pour l'Occident et l'Europe ? Écrit par deux fins connaisseurs de la Chine et de l'Asie du Sud-Est, ce livre montre comment le président Xi Jinping et le Parti communiste chinois ont recyclé l'antique formule du « Tianxia » - qui désigne traditionnellement « tout ce qui est sous le ciel » - pour placer la Chine au centre des flux mondiaux. Il explique aussi comment elle mobilise toutes ses ressources (influence économique, attrait de sa culture, propagande et intimidation) pour transformer les règles du jeu dans des domaines aussi divers que le droit, les normes industrielles, l'environnement, l'alimentation ou la recherche universitaire. Ce faisant, Pékin modifie à son avantage un système international largement dessiné par l'Occident. Dès lors se pose une question : l'ambition chinoise n'est-elle pas un risque, d'abord pour les Chinois eux-mêmes, mais aussi pour le reste du monde et les biens communs de l'humanité ? Sophie Boisseau du Rocher est chercheur associé au Centre Asie de l'IFRI (Institut français des relations internationales). Spécialiste de l'Asie du Sud-Est, elle étudie sur le terrain les relations de la région avec la Chine. Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas- More et corédacteur en chef de la revue Monde chinois-nouvelle Asie. Il travaille depuis vingt-cinq ans sur l'Asie orientale et a vécu au Japon et à Taïwan. 

  • Le vote du Brexit a provoqué un séisme au Royaume-Uni et en Europe dont les ondes de choc n'ont pas fini de se faire sentir. Il a plongé le pays dans un tourbillon d'instabilité que le chaos entourant les négociations sur les modalités de la sortie de l'Union européenne n'a fait que renforcer. Il a remis en question l'idée du Royaume-Uni comme modèle de démocratie parlementaire. Au-delà, le Brexit est aussi le révélateur d'une crise durable entre le système politique et les citoyens qui vaut pour toute l'Europe. Cet ouvrage tente de sortir de l'état de sidération et d'interrogation dans lequel nous sommes aujourd'hui. Comment le Royaume-Uni a-t-il pu basculer dans une crise politique d'une telle ampleur ? Ce délitement de la société et du système politique et médiatique est-il passager ou bien constitue-t-il un point de non-retour ? Quel avenir pour les Britanniques et, au-delà, pour l'Europe dans son ensemble ? Telles sont les questions auxquelles ce livre informé et érudit s'efforce de répondre. Pauline Schnapper est professeure de civilisation britannique contemporaine à l'université Sorbonne nouvelle-Paris-III. Emmanuelle Avril est professeure de civilisation britannique contemporaine à l'université Sorbonne nouvelle-Paris-III. Spécialistes de la vie politique britannique, les auteures sont régulièrement sollicitées par les médias sur le sujet. 

  • Et si la crise financière dont nous subissons encore les effets était bel et bien une vaste fraude ?Voici un « autre récit » du krach. En tout cas, pas celui proposé en général par les économistes ou les financiers. Décryptant les mécanismes ayant permis une succession d'actes criminels, reprenant les événements pièce par pièce et les replaçant dans une histoire plus longue, Jean-François Gayraud va ainsi au-delà de la stigmatisation de quelques boucs émissaires ou de la dénonciation de certains excès. Des politiques aveugles et dogmatiques de dérégulation des marchés ont ouvert la voie à des comportements criminels de grande ampleur au point de déclencher la crise des subprimes. Dès lors, pour lui, il est impossible d'envisager un vrai assainissement, une reconstruction durable de la finance si ce diagnostic criminel n'est pas fait. Après la globalisation des phénomènes mafieux et la pénétration du monde du spectacle, Jean-François Gayraud poursuit son exploration des criminalités organisées qui gangrènent les sociétés contemporaines. Un document sans appel ! Auteur notamment du Monde des mafias, commissaire divisionnaire de la Police nationale, Jean-François Gayraud est docteur en droit, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'Institut de criminologie de Paris.

  •  Le conflit entre Israéliens et Palestiniens n'a toujours pas trouvé d'issue. Quelles en sont les causes profondes ? Pour nous aider à comprendre les passions du présent, ce livre explore les cheminements et les déchirements de l'histoire. Loin des clichés réducteurs, Nathan Weinstock retrace la dynamique conflictuelle qui a façonné, puis opposé deux nationalismes issus d'une même terre. S'appuyant sur des sources rarement exploitées, dont les travaux de chercheurs palestiniens, il renouvelle la lecture de cette histoire sur de nombreux points : le parallélisme entre le sionisme et le mouvement Back to Africa ; les conditions de ventes de terres aux Juifs à la fin du XIXe siècle ; l'engagement du Mufti de Jérusalem... et de Ben Gourion aux côtés de l'oppresseur ottoman en 1914 ; les luttes ouvrières menées de front par les ouvriers juifs et palestiniens après la Seconde Guerre mondiale, etc. Une somme qui devrait s'imposer comme l'un des ouvrages de référence sur la question.  En parallèle à sa carrière juridique, Nathan Weinstock est un spécialiste reconnu du mouvement ouvrier juif et un traducteur réputé du yiddish. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les relations judéo-arabes qui ont fait date.

  • Que veut la Chine

    François Godement

    • Odile jacob
    • 11 Octobre 2012

    La Chine sera, avant 2020, la première puissance économique du monde. Va-t-elle en prendre la direction politique ? Oscillant entre un nationalisme arrogant et une étonnante discrétion dans le concert des nations, elle émet des signaux contradictoires pour l'opinion internationale. Machiavélisme de ses dirigeants ? Crainte de réveiller le fantôme des années Mao ? Ou, plus prosaïquement, absence de vision d'une élite avant tout préoccupée par ses problèmes ? Les dirigeants chinois sont moins unifiés qu'on ne l'a cru ; ils sont inquiets de leur légitimité et du fossé grandissant avec la population. Nourri des voyages de François Godement en Chine et de sa connaissance intime de son histoire, ce livre en décrypte les différentes facettes : des dessous de l'affaire Bo Xilai aux soubresauts qui agitent le Parti communiste chinois, des succès éclatants d'une économie hybride à l'aggravation non moins inquiétante des inégalités sociales, se dessine le portrait d'une Chine convulsive, inquiète et qui n'a pas achevé sa mue. Chacun perçoit que l'immobilisme politique est confronté à des attentes grandissantes de la société chinoise, individualiste et curieuse. Ce livre le montre : si le monde attend la Chine, celle-ci pourrait encore bien le surprendre... François Godement est historien, professeur des universités à Sciences Po et a fondé en 2005 Asia Centre, association de recherche indépendante. Il dirige également le programme Chine de l'European Council on Foreign Relations, un influent think tank européen, et est membre associé du Carnegie Endowment for International Peace. 

  • Le temps des humiliés

    Bertrand Badie

    • Odile jacob
    • 7 Mars 2014

    L'humiliation est devenue l'ordinaire des relations internationales. Rabaisser un État, le mettre sous tutelle, le tenir à l'écart des lieux de décision, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se banalisent. Ainsi se développe une « diplomatie de club », celle du Conseil de sécurité et du G7, tandis que les États émergents - Inde, Brésil, Turquie - ou les anciennes puissances - Russie - se voient dénier toute réelle capacité d'initiative ou contraints d'adopter des stratégies déviationnistes, souvent peu productives. De quoi ces diplomaties de l'humiliation sont-elles révélatrices ? Les réactions des humiliés - de la conférence de Bandung en 1955 aux printemps arabes - n'invitent-elles pas à une autre gouvernance ? Convoquant l'histoire et la sociologie politique, Bertrand Badie remonte aux sources de l'humiliation : la montée des revanchismes dans l'entre-deux-guerres, une décolonisation mal maîtrisée. Il montre que sa banalisation consacre l'émergence dramatique des opinions publiques et des sociétés sur la scène internationale, mais qu'elle trahit aussi l'inadaptation des vieilles puissances et de leurs diplomaties à un monde de plus en plus globalisé. Dès lors, il devient urgent de reconstruire un ordre international dans lequel les humiliés et leurs sociétés trouveront toute leur place. Professeur des universités à Sciences Po-Paris, Bertrand Badie s'est imposé comme l'un des meilleurs experts en relations internationales. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages qui font référence, dont La Diplomatie de connivence, L'Impuissance de la puissance et La Fin des territoires. Il codirige L'État du monde depuis sept ans. 

  • Que font vraiment nos députés ? Quel rôle jouent-ils dans le processus démocratique ? Que signifie pour eux s'« opposer », au-delà des effets de manches ? De la guérilla parlementaire aux théâtres d'opérations, où se nouent les victoires et se pansent les défaites, l'Assemblée nationale demeure largement méconnue. Confrontant le droit à la pratique, ce Manuel de survie convie le lecteur - aspirant député, citoyen curieux ou étudiant - à découvrir le vrai visage du droit parlementaire. Bousculée par la révision constitutionnelle de 2008 voulue par Nicolas Sarkozy, la fabrication de la loi révèle ici ses mystères. Bienvenue dans les coulisses de l'Assemblée nationale ! « De la ruche parlementaire on saura tout ici, sans oublier - et c'est aussi la saveur de ce livre - les appétits et les ambitions de nos représentants, leur petitesse parfois, leur générosité et leur enthousiasme le plus souvent, leurs escarmouches picrocholines et leurs manoeuvres d'obstruction, leurs déceptions et leurs espoirs selon qu'ils sont impétrants ou vieux briscards. » Bastien François. Magali Alexandre est conseillère parlementaire à l'Assemblée nationale et chargée de cours en sciences politiques et droit constitutionnel à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère, secrétaire national du Parti socialiste, docteur en sciences politiques, maître de conférences en droit public à l'université de Bretagne-Occidentale (UBO). Bastien François, professeur à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur du département de sciences politiques, est notamment l'auteur de La Constitution Sarkozy et de La Constitution de la 6e République. 

  • La politique étrangère de Barack Obama

    Justin Vaïsse

    • Odile jacob
    • 11 Octobre 2012

    Après l'ère de l'hyperpuissance américaine à la fin de la guerre froide, puis celle de la guerre au terrorisme, la crise financière semble avoir précipité l'avènement d'un monde « postaméricain » dans lequel la marge de manoeuvre et de supériorité de Washington est érodée. Comment Barack Obama, tout au long de sa présidence, a-t-il fait face à cette transition, du multilatéralisme des débuts à l'usage intensif de drones et à la capture de Ben Laden ? N'est-il pas par excellence un « président pivot » cherchant à reprogrammer le leadership américain pour l'adapter à un système désormais multipolaire et oeuvrant à réorienter l'action des États-Unis vers la région Asie-Pacifique ? Bref, comment gère-t-il le déclin de l'Amérique ? Récit et bilan de quatre ans de politique internationale américaine, cet ouvrage est aussi un état des enjeux mondiaux et un document essentiel pour mieux comprendre Barack Obama. Justin Vaïsse est directeur de recherche à la Brookings Institution de Washington. Spécialiste de l'histoire politique des États-Unis et de la politique étrangère américaine, il a enseigné à l'IEP Paris et enseigne actuellement à l'Université Johns Hopkins. Il a notamment publié L'Empire du milieu (avec Pierre Melandri) et une Histoire du néoconservatisme aux États-Unis. 

  • Le génie de l'Amérique

    Lane+Oreskes

    • Odile jacob
    • 25 Août 2008

    Qu'est-ce qu'une vraie démocratie ? Et qu'est-ce qu'une bonne constitution ? Un document figé qu'il faut changer à chaque crise ? La Constitution américaine et son histoire ne peuvent-elles nous servir de modèle pour réfléchir à la meilleure manière de faire évoluer nos propres institutions ?Un grand constitutionnaliste et un éminent journaliste politique mettent au jour ce qu'est vraiment la Constitution américaine : un document pragmatique qui canalise les intérêts particuliers pour en extraire un consensus productif. Le Génie de l'Amérique raconte ainsi l'histoire de cette constitution, de sa rédaction à nos jours, à travers les crises et les turbulences qu'elle a permis de traverser. Eric Lane et Michael Oreskes en appellent à la responsabilité des dirigeants politiques et plaident pour qu'ils respectent leur rôle institutionnel. Pour eux, il est essentiel de ne pas perdre l'esprit des fondateurs ; sinon, c'est la démocratie qui est en danger. Eric lane est professeur de droit à la Hofstra University School of Law et membre du Brennan Center for Justice. Il a dirigé plusieurs commissions de révision constitutionnelle aux États-Unis et a été conseiller des sénateurs démocrates de l'État de New York. Michael oreskes a été le rédacteur en chef de l'International Herald Tribune et a notamment été correspondant politique du New York Times. Il est l'un des dirigeants de l'agence de presse Associated Press.

  • La fin du rêve américain?

    Lauric Henneton

    • Odile jacob
    • 11 Octobre 2017

    Le rêve américain est-il mort ? L'Amérique est-elle en déclin ? C'est sur ce thème que s'est fait élire Donald Trump en 2016, prétendant raviver la flamme, le « rêve », et restaurer la grandeur de l'Amérique. Pour Lauric Henneton, un tel discours renoue avec l'imaginaire et l'histoire des États-Unis. Car l'angoisse du déclin autant que l'espoir d'une vie meilleure, le pessimisme autant que l'optimisme sont au coeur même du rêve américain et ce dès la création des colonies britanniques en Amérique du Nord. Explorant cette histoire émotionnelle dans laquelle le puritanisme occupe une large place, l'auteur examine les différentes composantes du présupposé déclin - hispanisation, fin de l'Amérique blanche... - qu'il confronte à la réalité. Ses analyses éclairent d'un jour nouveau le mandat de Barack Obama, perçu dans certains milieux comme le fossoyeur du rêve américain. Un rêve qui, en dépit de tout, garde un immense pouvoir d'attractivité sur des millions de gens de par le monde. Spécialiste de l'histoire et de la civilisation anglo-américaine, Lauric Henneton est maître de conférences à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est l'auteur d'une Histoire religieuse des États-Unis (Flammarion, 2012) qui fait référence, et est régulièrement consulté par les médias. 

  • Espionnage et renseignement

    François Heisbourg

    • Odile jacob
    • 16 Février 2012

    L'espionnage fascine ; le renseignement inquiète. L'espionnage « classique » a joué un rôle majeur dans les conflits entre États jusqu'à la fin de la guerre froide. Aujourd'hui, les enjeux, les méthodes, les moyens, à l'âge d'Internet, ont profondément changé. Le renseignement est désormais à la portée d'acteurs multiples, collectifs ou individuels, et pas simplement des grandes puissances de naguère. En la matière, quelle est la stratégie française ? Qu'est-ce qui est secret et qu'est-ce qui ne peut plus l'être ? Comment concilier objectifs politiques et respect des droits ? L'état du dossier par l'un de nos meilleurs spécialistes. Auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique et les affaires militaires, comme Les armes nucléaires ont-elles un avenir ? ou encore Les Conséquences stratégiques de la crise, François Heisbourg est président de l'International Institute for Strategic Studies et conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique. 

  • Le temps de l'Afrique

    Severino+Ray

    • Odile jacob
    • 18 Mars 2010

    Le XXIe siècle sera celui de l'Afrique. On la croyait vide, rurale, animiste, pauvre, oubliée du monde. Or, cinquante ans après les indépendances, la voilà pleine à craquer, urbaine, monothéiste. Si la misère et la violence y sévissent encore, la croissance économique y a repris ; les classes moyennes s'y développent. Elle est désormais au centre de nouveaux grands enjeux mondiaux. Bref, elle était « mal partie » ; la voilà de retour - à grande vitesse. L'Europe a raté le virage d'un continent qui ne nous attend plus. Comment mieux le comprendre ? Démographie, économie, politique, diplomatie, cultures et religions : cet ouvrage présente différentes facettes de cette nouvelle Afrique, bientôt milliardaire, à mi-chemin du processus de peuplement le plus fulgurant qu'ait connu l'humanité. Sans passer sous silence les risques de sa métamorphose, il fait ressortir les forces et les espoirs qu'elle recèle. Jean-Michel Severino est directeur général de l'Agence française de développement (AFD). Il a été directeur du développement au ministère de la Coopération et vice-président de la Banque mondiale. Olivier Ray travaille auprès de lui à l'AFD.

  • Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis

    Vaisse-J

    • Odile jacob
    • 23 Octobre 2008

    Le néoconservatisme explique-t-il à lui seul la guerre en Irak et doit-il s'y résumer ? Certainement pas. Voici l'ouvrage qu'il faut lire pour comprendre un pan essentiel de la vie politique américaine depuis des années. Après plus de sept ans de recherches en profondeur, Justin Vaïsse propose le premier exposé historique d'ensemble du néoconservatisme à expliquer clairement ses origines et sa diversité depuis les années 1960. Écrit par un expert du système politique américain, il apporte un éclairage essentiel sur la présidence de George W. Bush et fait comprendre par quel cheminement des intellectuels au départ plutôt hostiles à l'intervention de l'État en sont venus à prôner cette formidable opération de volontarisme étatique que fut la guerre d'Irak. Avec son échec, sont-ils appelés à disparaître ? Rien n'est moins sûr. Raison de plus pour les connaître mieux. Justin Vaïsse est directeur de recherche à la Brookings Institution de Washington. Agrégé et docteur en histoire, spécialiste de la vie politique américaine, il a enseigné à l'IEP de Paris et enseigne actuellement à l'Université Johns-Hopkins. Il a notamment publié L'Empire du milieu. Les États-Unis et le monde depuis la ?n de la guerre froide (avec P. Melandri), Washington et le monde. Dilemmes d'une superpuissance (avec P. Hassner), et La Présidence impériale. De Franklin Roosevelt à George W. Bush (avec D. Lacorne).

  • Europe : il faut tout changer

    Laurent Wauquiez

    • Odile jacob
    • 10 Avril 2014

    « J'ai une conviction simple : soit l'Europe change du tout au tout, soit elle est condamnée. L'Europe était l'un des plus beaux projets politiques. Nous avions de l'or dans les mains. Mais l'enthousiasme a cédé la place aux négociations de marchands de tapis et l'élan s'est progressivement perdu. Oui, nous avons besoin de l'Europe, mais pas de cette Europe-là. Encore faut-il ouvrir le débat. Cela suppose de l'audace et du courage, juste ce minimum de volonté pour secouer les tabous solidement établis, depuis Schengen jusqu'à l'Europe à 28, en passant par le protectionnisme et la liberté de circulation. Aujourd'hui, soit on est pro-européen, et sommé de défendre tout ce que fait Bruxelles, soit on est anti-européen, et l'Europe devient porteuse de tous les vices. Au fond, on a renoncé à toute forme de liberté de pensée. Je réclame ce sursaut de lucidité qui doit permettre à des pro-européens de dire que ce n'est plus possible. Europe, oui, tout doit changer. » L. W. Un livre tonique, une analyse stimulante qui allie profondeur historique et vérité de ton. Illustrée de nombreux exemples et d'anecdotes vivantes, une vraie vision de l'Europe assortie de propositions nouvelles.? Benjamin de l'Assemblée nationale lors de son élection comme député en 2004, Laurent Wauquiez, 39 ans, a été ministre chargé des Affaires européennes entre 2010 et 2011, avant de devenir ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Il a fondé la Droite sociale en 2010, groupe qui rassemble des parlementaires et des élus locaux déterminés à réinstaurer l'équilibre entre les droits et les devoirs au sein de notre société. Il a publié en 2011 La Lutte des classes moyennes aux éditions Odile Jacob. Il est aujourd'hui maire du Puy-en-Velay et député de Haute-Loire. 

  • ?De toutes parts, des forces profondes entraînent l'humanité sur des pentes dangereuses. Notre nombre. Les inégalités qui nous minent. La nature qui nous trahit. Les rapports de classe, évanouis dans le brouillard d'intérêts aveugles. Les déséquilibres d'une mondialisation génératrice d'exclusions nouent chaque jour les fils d'une question sociale globale, où les pauvres sont mis en concurrence entre eux. Faute d'enclencher des mécanismes d'enrichissement durable pour tous, la planète ne pourra pas supporter la charge humaine et écologique de l'humanité, qui dérivera inexorablement dans un monde de conflits et de violence. Qui gagnera dans la guerre, ouverte ou latente, qui se fait jour ? Peut-elle encore trouver une issue coopérative ?Cette brillante synthèse montre l'imbrication des problèmes économiques, environnementaux et sociaux auxquels les pays riches et les pays pauvres sont confrontés de manière solidaire. Elle trace les directions que pourrait suivre une véritable politique sociale mondiale pour résoudre les contradictions dans lesquelles nos sociétés se sont enfoncées. Jean-Michel Severino est directeur de recherches à la Fondation pour la recherche sur le développement international (FERDI). Ancien vice-président de la Banque mondiale et ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il dirige aujourd'hui un fonds d'investissement destiné aux PME africaines. Olivier Ray est économiste, spécialiste des questions internationales. Tous deux sont les auteurs du Temps de l'Afrique.  

  • L'Annuaire stratégique et militaire 2006-2007 a réuni les chercheurs de la Fondation pour la Recherche Stratégique autour des grands débats de la défense et les mutations profondes que l'outil français a connues depuis une décennie. À la veille des élections présidentielles, peut-on tirer un bilan des réformes militaires ? Quels sont les instruments et les choix qui s'offrent à la France pour transformer sa politique de défense et se positionner sur la scène internationale, notamment au sein de l'Union européenne ? Quels impacts ont eus les technologies de l'information ? Quel bilan peut-on tirer de la professionnalisation des armées ? Comment lutter contre un terrorisme de plus en plus menaçant ?À la fois rétrospectif et prospectif, un ouvrage indispensable pour comprendre les mutations planétaires d'aujourd'hui et de demain. Dirigé par Yves Boyer, directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique, et François Heisbourg, conseiller spécial, établi par des experts, assuré du concours des meilleurs analystes, l'Annuaire stratégique et militaire permet de suivre, d'année en année, l'évolution de l'appareil français de défense et d'établir des comparaisons avec nos grands partenaires.

  • Si elle poursuit toujours plus dans la voie du développement économique, on peut craindre que la Chine n'en vienne aussi à se doter d'une puissance militaire réellement mondiale et ne cherche à peser davantage sur l'échiquier international. Ce scénario d'une Chine hégémonique déclenchant par réaction un vaste conflit est-il vraiment probable ? La logique même de la stratégie n'impose-t-elle pas aux dirigeants chinois d'opter pour une autre voie ? Sauront-ils le comprendre ? Et que faire, partout, pour endiguer cette dangereuse montée en puissance qui pourrait de nouveau faire basculer le monde dans le chaos et la guerre ? Stratège hors pair autant qu'historien, grand connaisseur du monde asiatique, Edward N. Luttwak analyse en profondeur ce qui inspire la politique récente de la Chine, ainsi que ses biais culturels, ses limites, ses erreurs, ses maladresses, ses tromperies aussi. Il en met au jour tous les dangers, si nous ne prenons pas soin, dès aujourd'hui, de réagir vigoureusement et adéquatement. Décryptant tous les enjeux au coeur des relations qu'entretient la République populaire avec les États-Unis aussi bien qu'avec l'Australie, le Japon autant qu'avec la Corée du Sud ou le Vietnam, la Mongolie ou encore la Russie, il souligne les échecs et les réussites des uns et des autres. Un ouvrage essentiel pour mieux comprendre l'impact de la Chine sur le monde. Auteur notamment du Grand Livre de la stratégie, de La Grande Stratégie de l'Empire romain et de La Grande Stratégie de l'Empire byzantin, Edward N. Luttwak est l'un des spécialistes en stratégie et en géopolitique les plus respectés à l'échelle internationale. Il travaille notamment au Centre d'études stratégiques et internationales de Washington. 

  • Le consulat Sarkozy

    Dominique Rousseau

    • Odile jacob
    • 9 Février 2012

    En 2007, Nicolas Sarkozy annonçait la « rupture ». De fait, la Ve République semble avoir explosé : désormais, le président gouverne, le président légifère, le président juge. La séparation des pouvoirs ne serait plus qu'un leurre ; la démocratie serait en lambeaux ! Dérive autoritaire ou simple façade ? Nicolas Sarkozy voulait être seul souverain, mais le Premier ministre s'impose à lui, son parti doute et le parlementarisme revient. Plutôt qu'une « hyperprésidence », c'est le « bal des hyper ». Il voulait réduire la justice à un pouvoir nul, mais le Conseil constitutionnel a imposé la puissance des droits et libertés garantis par la Constitution. Ainsi va la Ve République sous Nicolas Sarkozy. Dans toutes les directions ! Pour Dominique Rousseau, « il voulait refonder le modèle politique français ; à l'arrivée, en 2012, il a seulement bricolé l'ancien monde. L'expérience Sarkozy est un échec politique. La France se cherche toujours un président et il reste encore à inventer les institutions formant la démocratie des citoyens ». Le bilan politique et institutionnel du quinquennat. Dominique Rousseau est professeur de droit constitutionnel à l'université Paris-I. Il a été membre du Conseil supérieur de la magistrature.

  • La dissuasion nucléaire au XXIe siècle

    Thérèse Delpech

    • Odile jacob
    • 26 Septembre 2013

    « S'appuyant sur les leçons des cinquante premières années de l'âge nucléaire, Thérèse Delpech s'engage résolument dans le nouveau "grand débat " nucléaire du XXIe siècle en montrant à la fois combien il est nécessaire de penser la dissuasion et de l'insérer dans une réflexion stratégique plus vaste qui prenne en compte les nouveaux acteurs, en particulier asiatiques. À l'"âge de la piraterie stratégique", la pratique de la dissuasion ne peut se réduire à la seule dissuasion nucléaire. Il convient en effet, sans que les concepts soient directement ou automatiquement transposables, d'intégrer le rôle de "nouvelles" technologies comme le cyber, les armes antisatellite ou les défenses antimissile. L'"abolition" ou l'élimination des armes nucléaires paraissent dans ce contexte un rêve incertain. Le débat sur le sujet mobilise cependant enceintes diplomatiques et cercles académiques alors que la dissuasion est souvent négligée. L'appel de Thérèse Delpech à la reprise d'une réflexion nucléaire rigoureuse qui n'ignore ni les leçons du premier âge nucléaire ni les incertitudes du xxie siècle doit être entendu. » Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Philosophe et politologue, Thérèse Delpech a été directeur des affaires stratégiques au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et commissaire français auprès de la Commission d'inspection des Nations unies en Irak. Autorité mondialement reconnue en matière de questions stratégiques et nucléaires, elle a écrit de nombreux ouvrages, dont L'Ensauvagement qui a reçu le prix Femina-Essai en 2005. Ce livre a été publié en collaboration avec la RAND Corporation. 

  • La constitution Sarkozy

    Bastien François

    • Odile jacob
    • 19 Février 2009

    La réforme constitutionnelle de juillet 2008 est assurément la plus importante depuis les débuts de la Ve République : trente-cinq articles de la Constitution ont été modifiés, trois ont été réécrits in extenso, neuf ont été ajoutés. Autrement dit, près de la moitié de la Constitution a été remaniée. Au point que nombre de commentateurs ont pu parler d'une Constitution Sarkozy. Le projet de Nicolas Sarkozy avait la belle simplicité de l'architecture romane. « Moderniser » nos institutions se déclinait en trois chantiers : responsabiliser le pouvoir présidentiel, renforcer le Parlement et donner de nouveaux droits aux citoyens. Alors que la nouvelle Constitution commence à être appliquée, qu'en est-il réellement ?Bastien François analyse, article par article, le nouveau texte de la Constitution, en décortique les subtilités, juge la réforme à l'aune de ses ambitions et interroge sa véritable nature : trompe-l'oeil, simple adaptation ou mise en place d'un nouveau régime ?Bastien François est professeur de science politique à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il a notamment publié La Constitution de la 6e République et Pour comprendre la Constitution européenne.

  • ?Au moment même où toutes nos idées reçues sur les rapports entre Occident et Moyen-Orient sont en passe d'être bousculées par le vent de l'histoire, celui que le New York Times qualifiait de « doyen des études moyen-orientales » livre sa vision du rôle de la religion dans cette partie du monde. Quel est réellement le poids de l'islam dans la politique, par le passé et de nos jours ? La démocratie est-elle possible en terre d'islam ? Pourquoi les discours extrémistes ont-ils un tel impact ? Pourquoi la question de la place des femmes dans la société est-elle si sensible ? La paix et la liberté sont-elles vraiment possibles ? Les sociétés du Moyen-Orient s'occidentalisent-elles en profondeur ? Sur toutes ces questions que l'actualité nous incite à revisiter, l'un des plus grands spécialistes de l'islam présente le dernier état d'années de réflexion et d'étude. Considéré comme l'un des meilleurs interprètes de la culture et de l'histoire du Moyen-Orient, Bernard Lewis est historien, professeur émérite à l'Université de Princeton. Il a récemment publié Que s'est-il passé ? L'islam, l'Occident et la modernité et L'Islam en crise.  

  • Les armes nucléaires occupent dans l'imaginaire collectif comme dans la réalité historique une place paradoxale : d'un côté, on redoute l'horreur de l'apocalypse ; de l'autre, la dissuasion apparaît comme une donnée immuable et somme toute assez confortable. Seulement voilà : dans ce domaine aussi, le monde est devenu multipolaire. La carte géopolitique se recompose. Révisions doctrinales, initiatives contre la prolifération des armes atomiques, mesures de désarmement nucléaire sont désormais à l'ordre du jour. Les meilleurs experts étrangers et français examinent pour la première fois les conséquences de ces évolutions. Ils analysent en particulier les risques d'éclatement et les conséquences potentielles d'un conflit nucléaire dans les régions où les armes atomiques sont désormais devenues une composante clé du paysage stratégique : Moyen-Orient, Extrême-Orient, Asie du Sud. Ils examinent également les choix auxquels la France, avec ses alliés, sera confrontée. Sir Lawrence Freedman est membre de la commission Chilcott qui examine les conditions de l'entrée en guerre du Royaume-Uni en Irak ; Ariel E.?Levite a été l'un des dirigeants du Commissariat israélien à l'énergie atomique ; Sir Hilary Synnott a été ambassadeur du Royaume-Uni au Pakistan ; George Perkovich et James M.?Acton sont les auteurs d'Abolishing Nuclear Weapons ; François Godement dirige l'Asia Centre ; Camille Grand est directeur de la Fondation pour la recherche stratégique ; Louis Gautier est l'auteur de Mitterrand et son armée ; Bruno Tertrais est maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique ; François Heisbourg est président de l'International Institute for Strategic Studies et conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique. Il est notamment l'auteur des Conséquences stratégiques de la crise.

  • Jamais sans doute nous n'avons autant ressenti l'impression d'être surveillés dans le moindre de nos déplacements, observés dans la plus quotidienne de nos activités, écoutés pour la plus banale de nos paroles. Dans cet ouvrage, qui s'appuie sur l'histoire et la réalité des satellites d'observation de la Terre et d'espionnage, Jacques Arnould décrit le plus lucidement possible la situation à laquelle nous sommes parvenus : celle d'un village planétaire dont nous ne pouvons plus désormais rêver de nous échapper ; celle d'une humanité engagée dans un processus de globalisation croissante à cause duquel nous ne pourrons plus dire que nous ne le savions pas. Que faire, alors, pour transformer l'inquiétante posture de surveillance de nos sociétés en un élan de vigilance et de responsabilité collectives ?Jacques Arnould est chargé de mission au Centre national d'études spatiales (CNES) sur la dimension éthique des activités spatiales. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels, récemment, Requiem pour Darwin et Lève-toi et marche, écrit en collaboration avec Jacques Blamont.

  • Les conséquences stratégiques de la crise

    Heisbourg-F

    • Odile jacob
    • 25 Février 2010

    La première récession mondiale survenue depuis les années 1930 n'a pas seulement été financière et économique. D'ores et déjà, elle a modifié les rapports de forces globaux : elle a notamment accéléré l'émergence de la Chine, de l'Inde et du Brésil, relativisé la puissance des États-Unis et placé l'Europe face à un nouveau risque de déclin. Mondiale, elle a affecté le positionnement stratégique de tous les acteurs planétaires. Durable, elle a créé des déficits qui pèseront longtemps sur chacun et changeront la donne internationale.À quoi, dès lors, ressemblera le monde de demain, de l'Afrique à l'Amérique du Nord, du Brésil à la Russie en passant par l'Europe, la Chine et l'Inde ?Réunis sous la houlette de François Heisbourg par la Fondation pour la recherche stratégique, les meilleurs spécialistes en stratégie et en géopolitique présentent le premier panorama complet de cette transformation du monde. Contributions de Jean-François Daguzan, Frédéric Encel, Isabelle Facon, Jean-Dominique Giuliani, Camille Grand, Gérard Prunier, Alain Rouquié, Jean-Luc Racine, Bruno Tertrais.

empty