Votre compte

La promesse du métal


Antonio et Olivier sont envoyés en mission à Mitrovica, au Kosovo. Là-bas, la guerre n'a pas véritablement cessé. Ils viennent régulièrement en aide à une vieille femme serbe, rejetée des habitants de son quartier à cause de ses origines. En faisant cela, les deux hommes enfreignent certaines lois. La vieille femme, elle, les inonde de nourriture et de vieilles photographies jaunes. Dessus, on y voit ses filles. Sa grande fierté.

Cette femme, c'est l'illustration de la gloire d'antant, rurale, franche, rude. Elle est le symbole d'une époque révolue. Mais quel secret dissimule-t-elle au fond de son coeur, et pourquoi s'acharne-t-elle à rester dans une maison en ruines ?
Un récit noir et brillant, intemporel et magique, mené par une plume ferme, implacable et, quelque part, cynique.
"Qu'elle considère cela comme une victoire. Il y aura d'autres batailles".

Cette nouvelle est issue du recueil "L'Art de la fuite" et précède la nouvelle "Théorème".

-------------------------------------------

Jennifer Simoes : "Les premiers récits de ma vie, ce sont des histoires de fantômes et d’esprits racontés à la nuit tombée. Sitôt les moustiques dansant autour de l’ampoule nue, les morts s’invitaient à table, imposant alors de partager le dessert avec le tragique. Ils m’ont pris par la main, ont guidé mes premières années sur un chemin tapissé de feuilles mortes. J’ai l’âme romantique des enfances outragées. Il y a eu les premiers voyages aussi. Mes jambes recroquevillées sur le siège arrière d’une Golf rouge vif qui tranchait la nuit espagnole vers l’ouest. L’obscurité dense, presque jamais dérangée... Et ces villes qui m’étaient à la fois secrètes et familières... Vitoria... Palencia... Salamanca... Et l’arrivée au petit matin dans ce village baigné de brume.

J’écris les fuites, les trop-pleins et les non-dits. Et je macule la réalité de gris, couleur du béton. Couleur des visages éreintés derrière lesquels crie l’esprit rageur. Rebelle. Indomptable.

-------------------------------------------

L'Arlésienne est une maison d'édition exclusivement numérique. Nous vous proposons des nouvelles noires de qualité, dans l'esprit des sélections de Pierre Bellemare, d'Hitchcock ou des contes de la crypte. Nos titres sont accessibles à l'achat ou en streaming.

Ce livre est classé dans les catégories :

2,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La promesse du métal”

Fiche technique

Résumé

Antonio et Olivier sont envoyés en mission à Mitrovica, au Kosovo. Là-bas, la guerre n'a pas véritablement cessé. Ils viennent régulièrement en aide à une vieille femme serbe, rejetée des habitants de son quartier à cause de ses origines. En faisant cela, les deux hommes enfreignent certaines lois. La vieille femme, elle, les inonde de nourriture et de vieilles photographies jaunes. Dessus, on y voit ses filles. Sa grande fierté.

Cette femme, c'est l'illustration de la gloire d'antant, rurale, franche, rude. Elle est le symbole d'une époque révolue. Mais quel secret dissimule-t-elle au fond de son coeur, et pourquoi s'acharne-t-elle à rester dans une maison en ruines ?
Un récit noir et brillant, intemporel et magique, mené par une plume ferme, implacable et, quelque part, cynique.
"Qu'elle considère cela comme une victoire. Il y aura d'autres batailles".

Cette nouvelle est issue du recueil "L'Art de la fuite" et précède la nouvelle "Théorème".

-------------------------------------------

Jennifer Simoes : "Les premiers récits de ma vie, ce sont des histoires de fantômes et d’esprits racontés à la nuit tombée. Sitôt les moustiques dansant autour de l’ampoule nue, les morts s’invitaient à table, imposant alors de partager le dessert avec le tragique. Ils m’ont pris par la main, ont guidé mes premières années sur un chemin tapissé de feuilles mortes. J’ai l’âme romantique des enfances outragées. Il y a eu les premiers voyages aussi. Mes jambes recroquevillées sur le siège arrière d’une Golf rouge vif qui tranchait la nuit espagnole vers l’ouest. L’obscurité dense, presque jamais dérangée... Et ces villes qui m’étaient à la fois secrètes et familières... Vitoria... Palencia... Salamanca... Et l’arrivée au petit matin dans ce village baigné de brume.

J’écris les fuites, les trop-pleins et les non-dits. Et je macule la réalité de gris, couleur du béton. Couleur des visages éreintés derrière lesquels crie l’esprit rageur. Rebelle. Indomptable.

-------------------------------------------

L'Arlésienne est une maison d'édition exclusivement numérique. Nous vous proposons des nouvelles noires de qualité, dans l'esprit des sélections de Pierre Bellemare, d'Hitchcock ou des contes de la crypte. Nos titres sont accessibles à l'achat ou en streaming.

Biographie de Jennifer Simoes

« J'écris parce la vie ne me suffit pas. J'étouffe dans un bureau, prends des sueurs froides contre la machine à café, ne sait pas me servir d'Excel. Et non merci je ne veux pas apprendre ! Je ne sais pas chanter, ni danser. Je ne joue d'aucun instrument car je n'en saisis pas le langage et pourtant je les aime ! Je parle plusieurs langues mais je suis incapable de traduire un texte sans me l'approprier, l'interpréter et créer tout un monde autour des quelques mots qu'on me demande de dénaturaliser. J'adore le droit mais n'aurais jamais pu être avocat ; j'aime quand le mensonge est spontané.
S'en servir pour gagner de l'argent, je trouve ça vulgaire ! Bref, c'est donc en toute logique et parce que je n'étais adaptée à rien - ou devrais-je dire à tout - qu'après des études de langues et de journalisme je me tourne vers la littérature. Parce que la vie ne suffit pas, comme l'a dit Pessoa, et qu'il me faut d'autres mondes, d'autres lieux, un univers infini, pour dessiner des vies parallèles ! »

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire